CAVE À VIN, SPIRITUEUX & BIÈRE
ÉPICERIE FINE
ATELIER DE DÉGUSTATION

RHÔNE MAGNUM

RN7 - 15 ch. du Bertrand

26600 PONT-DE-L'ISÈRE

gallery/logo dibon new local

Caviste (nom m. f.): conseillé(e) dans une boutique de vente de vins et spiritueux qui vous apprendra à vous faire plaisir par la qualité et non la quantité. C'est un rempart contre l'acoolisme.

L'abus est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

gallery/rhone magnum-88
gallery/logo mcf scp
gallery/cave rhone magnum
gallery/snapseed-02

[HISTOIRE D'UNE VICTOIRE] il y a 1 an...
Une motivation: mes grand-parents. Pas éternels. Seront-ils là dans 2 ans. Faire honneur aux valeurs qu'ils m'ont donné, aller jusqu'au bout. Je dois gagner cette année. Écrire le nom de Coniglio sur un titre français.
Les jours d’avant : moins de 5 semaines avant la finale. On programme la préparation finale. On reprend les bouquins. Vite fait on n’a pas le temps. Les connaissances tu les as. La tête, comment va ta tête ? Travaille là dessus. Rendez-vous chez mon ostéopathe, rebouteux, magnétiseur. Aïe ! C’est bloqué la dedans. Ton déménagement de la cave en juin est encore là. Tu as des pertes de mémoire en ce moment ? Oui. Allez feu je débloque. Laisse toi faire. Énergie rechargée. Ta tête sera prête lundi.
Et puis déguste, déguste, déguste. Spiritueux, 9/10, on n’est jamais prêt. Mais ça rassure. La confiance, le secret.
La veille : tu regardes une dernière fois ton trophée d'argent de 2016. Puis départ en voiture. Je veux être à l'aise. Comme un sportif avant un grand combat, j’enfile un pantalon de jogging, un t-shirt, des baskets. Je ne conduis que pour entrer dans Paris. Arrivés. Je me change. Nous partons nous promener. Métro, Champs-Élysées, boire un canon avec belle-sœur et beau-frère. Retour en Métro. Musique dans les couloirs. Moment de concentration. Se rendre compte qu'on y est. Rendez-vous avec les autres candidats. On part dîner. On profite. On rigole... Beaucoup. Je me détends. Prêt pour demain.
Le jour j : le réveil sonne. Tout le monde se lève. La chambre s’agite. J’angoisse. Je mets mon pantalon de jogging, mes baskets. Je ne peux courir à cause de mon genoux. Je mets mes écouteurs avec une playlist choisie, intense en émotion. Je marche 1/4 d’heure. Et je craque, les émotions prennent le dessus, je lâche tout. Et si ce soir j’ai gagné...
1ère épreuve. Je ne suis pas content de moi. Compteur à zéro. Je ne fais pas l’erreur de 2016. Je sors après chaque épreuves. Je demande au coach Laëtitia « j’étais comment, qu’est-ce que je dois changer ? Ne me dis pas ce qu’ont fait les autres. ». Elle me dit « impose toi, c’est toi qui gagne ce soir. Explique leur au jury ! ». Je ne lâche pas. Je passe chaque épreuve comme si j’avais raté la précédente. Arrive la dernière, et ces questions stratosphériques. C’est fini. Je sors. Je m’isole, est c’est important. Je craque. Toute ma préparation, mes révisions m’ont servi peu dans cette épreuve. Pourquoi nous ont-ils fait ça. C’est injuste. Je voulais briller dans cette dernière épreuve. Mais je ravale tout et je reviens dans la salle souriant mais pas confiant. Puis visionnage des vidéos du client mystère. Merde il est passé en juillet. On venait juste de déménager. J’étais mentalement fatigué. Un vrai ours dans l’accueil. Bien fait pour moi. Je dois être toujours au top. Et maintenant, suis-je sur le podium ? Qu’ont fait les autres ? Je n’ai rien vu. Je me suis isolé. J’ai bien fait. La pause avant les résultats. 2 heures à attendre. Mais que s’est-il passé aujourd’hui? J’étais zen. Je n’ai pas transpiré malgré les températures et une veste de costume en velours. Mais merde ça a marché cette préparation mentale. Résultats. Tous les noms sont passés sauf le mien. J’ai gagné. Chut ! là c’est la gloire d’Éric et sa grande 2ème place. Je la connais cette place. Les larmes montent. Laëtitia, Inès, Enzo ont compris. J’ai gagné. François-Xavier Demaison et Yves Legrand viennent de le dire. Je jette un œil au jury. Mais merde ils ont la larme à l'oeil aussi. Plus de mots. Il faut faire un discours. Des remerciements me viennent à l’esprit.
Aujourd'hui la gorge n'est plus nouée. Je vous dis ou redis merci. Toi mon père qui m'a aidé à être caviste. Vous les mentors qui avaient fait ce que je suis aujourd'hui. Toi la directrice de l'école hôtelière. Toi le professeur de salle et celui de sommellerie. Toi le maître d’apprentissage. Vous les vignerons, brasseurs et distillateurs. Vous les chefs sommeliers. Vous les chefs de cuisine. Vous les chefs d’entreprise. Vous les cavistes, les sommeliers, les MOF qui m’ont entraîné. Mais surtout toi, toi, toi... Laëtitia, mon amour de jeunesse et toujours là pour le pire et le meilleur. J’ai gagné.

Remerciements aux organisateurs (www.meilleurcavistedefrance.fr) et au Syndicat des cavistes professionnels - SCP

gallery/drapeau france